Ne pas appliquer l'austérité !

Publié le par Michel BORG

 

Bobigny le 5 février 2010

Les élus de la majorité au Conseil général du 93 ne doivent  pas appliquer l'austérité !

ni la réduction du service public, la réduction du nombre de fonctionnaires, et l'étranglement des associations du 93 dans le sport, la culture ...

Lettre ouverte à l'exécutif départemental de gauche plurielle

Monsieur le Président, Mesdames Messieurs les Vice-Président(e)s,

L'avenir des collectivités territoriales est en grave danger. L’actualité montre que le président de la république et son gouvernement ont décidé de s'attaquer frontalement au service public décentralisé et au statut des fonctionnaires territoriaux.

Sur la base des conclusions de la commission Balladur, Nicolas Sarkozy voudrait imposer une profonde refonte des répartitions des compétences entre les collectivités. En effet dès septembre 2009, Sarkozy et Fillon ont tous deux affirmé qu’il y avait trop de fonctionnaires territoriaux et qu’ils allaient demander aux collectivités territoriales la même politique de restriction de l’emploi public que l’État mène avec la RGPP.

Ils font peser de très lourds dangers sur les missions des services publics territoriaux, ainsi que sur l’emploi public et le statut des fonctionnaires territoriaux, avec ces projets, ces objectifs politiques, accompagnés de la loi sur la mobilité d’août 2009. Nous constatons aujourd’hui que de nombreuses collectivités s’engagent dans la mise en œuvre de cette loi.

La suppression de la taxe professionnelle, l’assèchement des ressources des collectivités locales, les dernières lois de décentralisation qui imposent plus de dépenses sans le niveau de compensation légitime, conduisent de fait à la généralisation de la RGPP au sein de nos collectivités ayant comme voie de conséquence la limitation des activités de service public. Notamment au sein des Départements qui devront se limiter à la mise en œuvre des compétences légales et au transfert au privé de pans entiers d’activités assurés aujourd’hui en régie.

Les exécutifs locaux gèrent sous contraintes !

Ceci n'est pas acceptable:

Soit vous devrez voter un budget en équilibre: en réduisant des activités et supprimant des postes de fonctionnaires;

Soit vous devrez augmenter les impôts locaux y compris en accroissant la pression fiscale sur les familles et les habitants les plus démunis !

Dans les 2 cas c’est l’usager qui en supporte les conséquences.

Il est temps de résister, de se déclarer hors la loi quand la loi est mauvaise, en votant un budget en déficit ou en inscrivant un équilibre avec une recette à l'encontre de l'Etat du montant des millions d'€uros qu'il doit à la population de Seine Saint-Denis, se sera au représentant de l'Etat dans le Département de prendre ses responsabilités s'il souhaite déclarer illégal le budget de combat ainsi voté.

L'Etat devra expliquer comment il trouve des millions pour mettre en place le bouclier fiscal, comment il finance les banques et la spéculation. Il devra expliquer pourquoi il est l'exécutant des manœuvres du MEDEF qui veut faire main basse sur les collectivités territoriales qui lui concéderont par des privatisations, des appels à projets, les ressources financières qui pourtant sont la propriété des habitants de la Seine Saint-Denis.

Le syndicat SUD dénonce la gestion au moindre mal sans efficacité réelle, voir pire, la gestion selon les contraintes imposées par un gouvernement anti-social, qui casse les solidarités, donne toujours plus aux intérêts privés de quelques milliardaires exploiteurs sans scrupules.

Nous sommes à quelques jours de vote du budget départemental, les choix sont sans équivoques: résistez ou appliquez le Sarkozisme, aujourd'hui les enjeux ne permettent plus les nuances dont les salariés et les populations sont finalement les perdants. Notre syndicat SUD des collectivités territoriales avec les salariés revendique un Département fort, digne, et sans concessions aux sirènes d'une modernité dont les chants sont productivité, flexibilité, polyvalence, compétence ; autant de termes de la nouvelle religion managériale que le MEDEF a déjà tenté d'introduire dans notre collectivité au travers de ses bureaux d'études.

Au Conseil général de Seine Saint-Denis nous nous battrons pour les emplois publics, la titularisation des précaires, pour le service public garant de justice pour les habitants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> <br /> <br /> Face au chantage de l'empire financier :<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Crise des « subprimes », crise bancaire, accélération de la destruction de l'agriculture, de l’industrie et des emplois. Puis aujourd’hui crise de l’euro, crise de la dette publique des<br /> États, destruction du service public, chantage sur les retraites. Sans oublier les divers plans injustes pour sauver les banques !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Nous devons nous organiser et nous mobiliser massivement pour demander à faire la lumière sur la crise financière en convoquant immédiatement une commission d'enquête parlementaire !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Nous ne devons pas faire le choix de la défaite ! Alors rejoins moi sur mon groupe facebook : http://fr-fr.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> David CABAS<br /> <br /> <br /> david.cabas.over-blog.fr<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre