journal n° 1

 

Syndicat Solidaire Unitaire Démocratique

des personnels du Département

de la Seine Saint-Denis.

 

- syndicat SUD CG 93 -

 

 

EDITO

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Au Département de la Seine-Saint-Denis, il y avait trois syndicats de la CGT (ce qui représente déjà une certaine confusion)

 

Un des trois syndicats, celui des cadres (le plus important  syndicat de cadres de la fédération des services publics de la CGT) a été victime d’un ostracisme de la part de la fédération des services publics CGT dont il dépend, ceci a conduit à son exclusion à la présentation de candidats sur  la liste aux élections du Comité Départemental des Œuvres Sociales (équivalent d’un Comité d’Entreprise) au profit du syndicat «ouvriers et employé(e)s»

 

Cela ne suffisait pas, la fédération des services publics CGT a mis ce syndicat sous tutelle, décision censurée par le juge de BOBIGNY statuant en référé et jugeant cette décision sans fondement et violant les règles statutaires du syndicat et de la fédération.

 

L’année 2008 est une année importante pour les syndicats dans les collectivités territoriales, ce sera l’année des élections professionnelles  aux comités techniques paritaires, aux commissions administratives paritaires et Comité d’hygiène et sécurité. Lors de ses contacts avec la fédération CGT, il était à nouveau question d’exclure ce syndicat de ces élections sauf à obliger ce syndicat en violation des règles démocratiques de modifier sa ligne revendicative et de déposer sa direction légitimement élue

 

Face à cette dérive, et pour permettre à notre syndicat de continuer à exister (et répondre  aux besoins des agents publics d’une défense de leurs intérêts individuels et collectifs) nous avons pris la décision lors de notre Assemblée Générale du 13 mars 2008 (convoquée par le congrès du 19 février) de se désaffilier de la CGT et de rejoindre la Fédération SUD des collectivités territoriales.

 

Le syndicat Ufict-CGT du CG93 se transforme en syndicat SUD du personnel du Département de la Seine Saint-Denis.

 

Le 25 mars 2008, la commission exécutive.

 

Nous sommes l’équipe syndicale que vous connaissez :

pour en savoir plus : http://sud-cg93.over-blog.fr

 

Parution n°1 du syndicat SUD cg93

 

Avril 2008

 

 

SOMMAIRE :

 

-     Edito : communiqué de presse après que la fédération des services publics CGT n’ait plus voulue de nous

 

-     Page 2 :       Quel syndicalisme        brève : organigramme de la DLM y a-t-il du clientélisme ?

 

-     Page 3 :    chasse aux sorcières ?

 

-     Page 4 :     pouvoir d’achat NBI-Accueil         & bulletin d’adhésion

 

 

 

 

 
Pour les revendications, pour les droits, le syndicalisme un outil pour
gagner.
 

 

Quel syndicalisime ?

 

Nous sommes le syndicat de tous les agents de la fonction publique, nous voulons construire un syndicalisme de terrain, de transformation sociale dans l’unité d’action de l’ensemble des salariés, un syndicat porteur de solidarités avec toutes les catégories de personnel quel que soit leur statut ( titulaires, contractuels, droit privé : assistantes familiales)

 

 

Pour la défense et l’amélioration du statut, de l’emploi public, des retraites, du service public, du pouvoir d’achat il faut gagner:

 

-           L’harmonisation et l’intégration des primes aux salaires,

-           La résorption de la précarité et la titularisation de tous les contractuels,

-           Le maintien et renforcement du système par répartition, 37,5 annuités pour tous,

-           L’intervention solidaire dans la défense collective et individuelle des collègues,

-           L’accès au logement social pour les agents (1%  à travers l’Office départemental)

-           La reconnaissance et le paiement des qualifications et de l’expérience professionnelle,

-           Un réel effort sur le financement employeur de la mutuelle pour toutes les catégories,

-           La titularisation dans le statut pour les assistantes familiales ……..

 

Dans le public et dans le privé nous avons besoin d’une protection sociale égalitaire par une contribution réellement assise sur l’ensemble des revenus du travail et du capital, la création d’emplois étant elle créatrice des richesses aujourd’hui bien mal partagées.

…/…

 

…/…

Indépendant des élus, de tout parti politique, et, de tout pouvoir, un de nos buts principaux est d’exercer un contre pouvoir syndical que nous pouvons opposer à tous les mauvais coups que subissent les salarié(e)s, avec un syndicalisme capable de transformer une société injuste c’est tous ensemble que nous pouvons gagner.

 

Avec notre syndicat SUD battons-nous pour un service public qui n’est pas une marchandise, battons nous contre tous démantèlements et privatisations.

 

Venez prendre contact avec notre syndicat, en nous rencontrant lors des permanences que nous tenons tous les deuxièmes jeudis du mois de 12h à 14 h

--------------------------

brève :

 

Depuis le passage en CTP l’organigramme de la DLM n’est pas réellement mis en place. Pourtant des nominations, notamment, de cadres sont effectuées, mais sans possibilité pour tous de postuler, nous constatons également des recrutements sur des grades différents de ceux prévus….. à suivre….de près !!!!!!

           

 


 

Chasse aux sorcières ?

 

 

 

Le 7 février 2007 été adoptée la loi relative à la fonction publique territoriale, sous des aspects démagogiques de progrès, en réalité, cette loi crée les conditions d’une gestion toujours plus individuelle des droits: moins de droits collectifs, mais une soi -disante grande liberté où chacun se gère et crée sa situation personnelle (c’est là encore, la même logique qu’avec le compte épargne temps).

 

Arrêtons nous à l’article 37 qui abaisse le seuil de création des emplois fonctionnels :

L’abaissement du seuil va dans le sens de la revendication de modifier la logique des seuils, par contre l’élargissement du champ des emplois fonctionnels va à l’encontre de nos arguments syndicaux :

Une chose est de permettre à plus de collectivités de recruter des cadres de direction, une autre est de s’orienter vers une sorte de « spoil system » à la française.

En d’autres termes il s’agit de postes placés au plus près des élus de proximité qui fragilisent le service public local en initiant une sorte de « système des dépouilles » dans lequel les fonctionnaires dépendent de la réélection du pouvoir politique local.

 

Augmenter le nombre d’emplois fonctionnels peut constituer un frein à une libre expression et à la responsabilité sociale des cadres.

Ces dispositions ne vont pas dans le sens d’une véritable gestion collective des carrières de tous les fonctionnaires, quelle que soit la collectivité, sa taille, ses moyens financiers …

…/…

 

…/…

 

Cette loi est l’occasion ratée de revoir le statut général des fonctionnaires.

Quand ira-t-on vers un vrai statut unique des fonctionnaires ? qu’il s’agisse des règles d’affectation et de mobilité, de la rémunération, de la nomination suite aux concours ou autres.

Avec le nouveau Président élu au Conseil Général de Seine Saint-Denis y aura-t-il une « chasse aux sorcières » ? notre syndicat SUD s’opposera à toutes les attaques envers les collègues !

 

Nous serons attentifs, notamment, en tenant compte de l’expression du Président lors de la séance de l’assemblée lorsqu’il a été élu :

« Voilà pour les grandes arêtes de notre vision de l’avenir. Mais nulle volonté politique ne se réalise du haut d’une tribune, si symbolique soit-elle. Le projet dont je vous parle, mes chers collègues, ne peut réussir que s’il est partagé.

Partagé par le personnel du Conseil général. Les ambassadeurs de l’avenir, ce sont les 7442 agents départementaux. Je veux que chacun d’entre eux soit associé à la mise en œuvre du projet. Je veux qu’ils puissent prendre la parole, apporter leurs idées, participer au débat.

J’en rencontrerai les représentants très prochainement.

Comme vous, j’ai lu attentivement l’audit sur le personnel départemental commandé par notre assemblée. Je ferai tout pour que dans la prochaine étude, le sentiment de souffrance présent chez de trop nombreux agents ne soit plus qu’un mauvais souvenir. »

 

 


 

Qui a dit pouvoir d’achat ?

 

UNION SYNDICALE SOLIDAIRES
Communiqué


Sous couvert, encore une fois, de moderniser et de réformer l’Etat, le président de la République vient d’annoncer un certain nombre de mesures destinées à rétablir l’équilibre des comptes publics, et particulièrement celui du budget de l’Etat.

Ainsi, seulement quatre mois après avoir fait voter un budget comprenant des ristournes fiscales importantes pour une minorité de contribuables favorisés, ce même président ose prendre à témoin le pays pour annoncer que les caisses publiques sont vides et qu’il s’agit de faire des économies !

Encore une fois ces « économies » vont compromettre un peu plus le fonctionnement de nombre d’administrations et de services publics et vont désertifier encore plus certaines zones de toute présence administrative ou sociale. Elle vont de plus aggraver le chômage, en parliculier chez les jeunes : ne pas remplacer un départ en retraite sur deux dans les administrations, c’est laisser autant de jeunes sans emploi.

Les nouvelles mesures de rigueur prises à l’égard de certains budgets (logement, formation professionnelle, emploi, etc) sont à mettre en parallèle avec les cadeaux fiscaux contenus dans le «  paquet fiscal » (15 milliards d’euros) et en relation avec les exonérations de cotisations sociales consenties aux entreprises (plus de 20 milliards d’euros). Elles s’inscrivent dans la droite ligne des politiques menées dans nombre d’entreprises : il n’y a pas d’argent pour augmenter les salaires des employé(e)s, mais il faut toujours augmenter les dividendes des actionnaires et autoriser les très fortes rémunérations des dirigeants. Il n’y a pas d’argent pour certaines dépenses sociales et collectives, mais il y en a toujours pour réduire les contributions des plus riches. En réalité la France n’a jamais été aussi riche, mais ses richesses ont rarement été aussi injustement et inefficacement réparties entre les différentes couches de la population, entre les différents territoires, entre le financement de biens publics et l’accaparement croissant fait par et pour une minorité.

le vendredi 4 avril 2008

 

 

NBI-accueil :

 

Les travailleurs sociaux, les personnel qui accueil les parents dans les crèches …. Ne travaillent que sur dossiers !

C’est ce qui a été répondu lorsque notre syndicat a interpellé l’exécutif.

Ce n’est pas le point de vue des collègues de terrain, nous soutenons leur légitime revendication :

La NBI-ACCUEIL doit leur être versée !

Nous lançons une pétition, faites la circuler et signée massivement.

 

---------------------------------------------

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :